Menu
7f106632c0dee02ecc26e667a81cf8f9

Communication : la nouvelle vie de Mélanie Degoy à Barcelone

http://www.touleco.fr/Communication-la-nouvelle-vie-de-Melanie-Degoy-a-Barcelone,20277

Il y a encore quelques mois, son agence de communication et de relations presse était installée rue de Metz à Toulouse. Depuis, la quadra a quitté la Ville rose pour développer son activité à Barcelone. Rencontre.

Assise dans ce bar à vin chic au design contem­porain – un savant mélange de verre, métal, bois et de mobilier aux teintes sombres – Mélanie Degoy examine la robe et l’intensité d’un Churton Malbo­rough en provenance du sud de la Nouvelle-Zélande. Ré­cemment diplômée d’un master sommelier obtenu à l’école hôtelière jésuite Sarrià-Sant Ignasi, cette professionnelle des relations publiques libère les arômes avant de plonger un premier nez dans son verre, puis un second.

Et entre deux gorgées pour déterminer les caractéris­tiques de ce nectar rubis vif tirant vers le rouge noir, cette Toulousaine raconte son dernier projet : utiliser sa forma­tion pour promouvoir les vignobles français entre la Costa Brava et Barcelone, et amener les idées et les concepts ca­talans au-delà des Pyrénées. Voulant tirer profit du « poumon économique » de la Catalogne, porté par le tourisme, et des perspectives offertes par la fusion de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, l’experte en communication démarche ses clients poten­tiels accoudée au bar, tapas à l’appui.

« On ne fait pas de réunion dans un bureau », explique-t-elle. « Je vois beau­coup de Français qui viennent ici en pensant qu’ils vont tout révolutionner avant de repartir au pays. Or, tu ne t’ins­talles pas ici avec ta mentalité française pour essayer de comprendre les Catalans. Tu la poses, tu réfléchis et tu vas vers eux. Ils te le rendront. » Elle ajoute : « Les chefs d’entreprise catalans t’écoutent, ils sont ouverts à toutes les propositions mêmes les plus délirantes. Ils te disent de faire et ils voient après. Ils sont innovants et surtout déterminés à se faire connaître car ils souffrent d’un complexe d’infériorité. »

« Je vis mieux car la vie est moins chère »

La sommelière en devenir affine son projet depuis ses bureaux situés place d’Espagne. Cinq ans plus tôt, les lo­caux de son agence de communication franco-hispano-andorrane étaient installés rue de Metz, à Toulouse. Un rêve d’adolescence de­venu réalité pour cette native de Catalogne par sa mère, bilingue.

Déclarée autoentrepreneur en Catalogne, dont le statut per­met d’atteindre un niveau de facturation plafonné à 1 mil­lion d’euros par an, Mélanie Degoy paye des charges men­suelles de 270 euros incluant la sécurité sociale. Imposable sur ses revenus à hauteur de 20 %, elle confie la gestion de son administration à un expert-comptable. Un luxe qu’elle s’autorise pour se concentrer sur ses contrats. « Je travaille autant qu’en France. Je gagne le même salaire, compris entre 40.000 et 60.000 euros par an, mais je vis mieux car la vie est moins chère. Et la solidarité est de rigueur car les Catalans sont arrangeants. » Envisage-t-elle un retour à Toulouse ? « Je ne partirai pas, même si les Catalans sont durs en affaires », concède-t-elle. 
Audrey Sommazi

Sur la photo : Mélanie Degoy ne regrette pas d’avoir choisi Barcelone pour poursuivre sa carrière professionnelle. Crédits photo : Hélène Ressayres – ToulÉco.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *